Sélectionner une page

Le marché de la GPA

Un marché international

Un marché de taille internationale

Map surrogacy

Violet foncé > GPA commerciale et « non-commerciale » autorisée / Violet > GPA « non-commerciale » uniquement / Violet clair > GPA tolérée grâce à un vide juridique

Le poids du marché en $

  • USA – depuis 1970, plus de 30 000 naissance, beaucoup pour des étrangers. Une moyenne de 3000 naissances par an – +/- 465 M$/an
  • India – « Low cost » – 1 000 cliniques – 100% d’exportation – 25 000 $ en moyenne – 2,15 milliards de $ en 2012
  • Russia – 1 000 naissances en 2012 avec des transactions moyennes autour de 22 000$ – 22 M$
  • Thaïlande – prix moyen autour de 46 000 $ – 18 M$
  • Ukraine – autour de 200 naissances en 2012 avec une transaction moyenne autour de 40 000$ – 8 M$
  • Georgia – 170 bébés nés en 2013 – prix moyen entre 23 et 46 000 $ – 5 M$
  • Nepal 5 M$
  • Israel 5 M$
  • Royaume-Uni – GPA « non commerciale » autorisée depuis 1985 – 100 naissances par an – Remboursement des frais – +/- revenus cachés

Un marché très sous-estimé d’environ 4 milliards de $ par an

 

l'écosystème du marché

Un marché global

  • Le marché de la procréation assistée est estimé à 9.3 billion de $ et les prévisions l’évaluent à 21.6 billion en 2020
  • La congélation des ovocytes – 20 000$ plus 800$ de frais de stockage par an
  • Banque de sperme – entre 50 et 200$ par échantillon en fonction du dépistage
  • GPA de « confort » : Nicole Kidman, Sarah Jessica Parker…
  • Séquençage du génome : 8 000$ par génome
  • 3 parents génétiques : autorisé en Grande Bretagne : passer de soigner à l’amélioration de l’espèce humaine avec la fabrication de nouveaux croisements ou nouvelles espèces ?
  • Tous les services supports : avocats, banques, psychologues…
  • Participation financière importante des laboratoires pharmaceutiques (antidépresseurs, hormones…) et de la recherche (séquençage du génome et sélection des embryons)

 

Internet, fer de lance du marché

internet-1

Des agences très actives

internet-2

Un marché d’esclaves dans un monde néo-libéral

charpie-hebdo-gpa

 

  • La GPA est une prostitution procréative
  • Exploitation des pays pauvres – les contrats de mères porteuses représentent pour elles un revenu astronomique par rapport aux revenus moyens d’une famille indienne ou nigérianne
  • Oppression des femmes considérées et traitées comme des esclaves : un esclave est une personne considérée comme un bien économique pouvant être achetée, vendue ou louée. ( Convention contre l’esclavage de 1926 : « L’esclavage est l’état ou condition d’un individu sur lequel s’exercent les attributs du droit de propriété ou certains d’entre eux ») Les mères donneuses d’ovocytes et les mères porteuses sont sélectionnées à l’aide de processus très intrusifs. Se met ensuite en place un système coercitif pour surveiller les mères porteuses pendant la grossesse. Aux Etats-Unis par exemple, les clauses de contrat envisagent en détail ce que la mère peut faire ou manger pendant sa grossesse et ce dont elle doit s’abstenir – notamment de toutes relations sexuelles avec son conjoint. Dans de nombreux pays, une agence intermédiaire exerce un contrôle régulier, parfois avec des visites quotidiennes, et le suivi psychologique peut également faire partie de cet arsenal de surveillance.
  • Dommages collatéraux psychologiques : la mère porteuse est considérée comme une simple porteuse de l’enfant qu’elle attend, qu’elle doit abandonner à la naissance. Cela va à l’encontre de toutes les études conduites depuis plusieurs décennies qui montrent l’importance des liens physiologiques et affectifs créés entre la mère et l’enfant pendant la grossesse. L’expérience de l’adoption montre combien la séparation d’un enfant de celle qui l’a porté est une épreuve pour lui comme pour la mère qui doit s’en séparer.
  • La GPA met en danger les mères porteuses : la mortalité maternelle reste élevée dans certains pays, notamment en Inde. Deux affaires ont été rendues publiques en 2012 : en mai, une femme est décédée après avoir mis au monde un enfant pour un couple américain ( Time of India, 17 mai 2012). La même année, une autre femme est morte après la naissance de jumeaux portés pour un couple norvégien, à cause d’une hépatite contractée pendant la grossesse (The Guardian, 5 juin 2012)
  • La GPA s’accompagne d’un eugénisme et ouvre la voie au transhumanisme
  • Dans une étude de 1988, l’US Office of Technology Assessment a montré que la plupart des couples commanditaires appartiennent aux catégories favorisées, à niveau d’éducation élevé, avec un revenu supérieur à 50 000$. A l’inverse, « la plupart des mères porteuses se situent autour du revenu minimum. Seules 4% des mères porteuses sont diplômées et plus de 40% d’entre elles sont sans emploi et/ou dépendent des aides publiques. »
L’impossible altruisme

L’évolution naturelle du « non-commercial » au commercial

  • D’une logique supposée altruiste à celle de l’offre et de la demande.
    La Grande-Bretagne a légalisé depuis 1985 la GPA sans contrepartie financière mais cela n’a pas empêché de nombreuses dérives dans la pratique.
  • Impossibilité de trouver mères porteuses sans rémunération => pressions affectives intrafamiliales ou amicales. Le recours aux membres de la famille s’explique par l’interdiction légale de faire de la publicité pour la GPA. En 2014, une femme de 46 ans a accepté de porter l’enfant de son propre fils célibataire de 27 ans, et cela a été accepté par la justice britannique. Cette affaire a suscité une forte controverse sur le fait qu’une mère puisse donner naissance à l’enfant de son propre fils. C’est l’interdit de l’inceste qui est remis en cause.
  • La GPA commerciale finalement privilégiée. Une enquête conduite en 2011 et publiée par le Sunday Telegraph en 2012 a révélé que 100 GPA avaient été réalisées en Grande-Bretagne en 2011 mais que sur la même année 1 000 GPA avaient été commanditées en Inde par des clients britanniques, ce qui représentait la moitié des GPA effectuées dans ce pays. La GPA « non commerciale » ou prétendument « éthique » accrédite l’idée que la GPA peut être acceptable. Mais elle suscite d’autant plus de recours à la GPA commerciales, les possibilités « gratuites » étant insuffisantes.
  • Payantes ou prétendument gratuites, la GPA ont les mêmes conséquences pour les femmes et les enfants.

Actualités

Trafic : l’effrayant business des bébés

Dans les pays qui la pratiquent,la gestation pour autrui (GPA) donne lieu à d’innombrables abus, conséquences inéluctables d’une logique consumériste qui a donné naissance à un marché profitable. Comme un produit électroménager dont on ne serait pas satisfait, peut-on... lire plus

Mères porteuses : les dérives en question

  L’affaire du bébé Gammy abandonné en Thaïlande a relancé le débat sur la GPA, une pratique décidément polémique.   C’est le drame de l’été qui relance le débat sur la gestation pour autrui (GPA), révélant les dérives du marché mondialisé des... lire plus